lundi 21 novembre 2016

MAROC - ESSAOUIRA (sept.2016) - RETROUVAILLES....

Après une dizaine d'années, nous retrouvons Essaouira (Mogador) avec un plaisir quelque peu teinté de nostalgie..
Oublions la ville moderne en pleine transformation (partout des travaux d'aménagement et de construction d'habitations) en passe de devenir, avec son immense plage, une station balnéaire moderne comme il y en a beaucoup...
Le port a, fort heureusement, gardé tout son pittoresque, avec son inextricable enchevêtrement de bateaux et son incroyable agitation.
La médina n'a pas vraiment changé et l'on peut encore y flâner avec plaisir, en dépit de l'afflux de touristes et de la multiplication des échoppes...

***
*
LE PORT...
lll
lll
lll
lll
lll
lll
lll
lll

  lll 
lll
lll
lll
***
*
DETENTE...
lll
lll
lll
lll
 lll
***
*
DANS LA MEDINA...
lll
 lll
lll
lll
lll
lll
La tête à l'ombre...
lll
Les chats d'Essaouira ont la vie belle...

***
*
(photos JCMEMO) 

mardi 15 novembre 2016

MOI, DANIEL BLAKE - Ken LOACH (réalisation) - Paul Laverty (scénario) - Royaume-Uni - au Pathé Beaugenelle (28.10.2016)

5 / 5
Palme d'or Cannes 2016
-
-
Une palme d'or contestée par certains : "trop engagé...ne se renouvelle pas...."
Personnellement j'ai une profonde admiration pour ce cinéaste en colère, profondément humaniste, qui continue, à 80 ans, de dénoncer, avec force et talent, les injustices et les tares de notre société...
-
Au départ du film, une situation ubuesque pour Daniel Blake, un charpentier veuf sexagénaire, victime d'un infarctus...
Alors que le corps médical déclare qu'il est trop malade pour travailler, une commission (Employment Support) juge le contraire, de sorte qu'il ne peut bénéficier d'aucune indemnité (ni d'invalidité, ni de chômage) :
("Il y a toute une génération de travailleurs manuels qualifiés qui se rapprochent aujourd’hui de l’âge de la retraite. Ils souffrent de problèmes de santé et ils sont incapables de reprendre le travail car ils ne sont plus assez vifs pour jongler entre deux intérims et passer d’un petit boulot à l’autre. Ils sont habitués à un cadre professionnel plus traditionnel et du coup, ils sont perdus. Ils sont déboussolés par les nouvelles technologies, ils ont des problèmes de santé, et leur prise en charge par "l’Employment Support” est conditionnée par une série d’évaluations : ils peuvent très bien être jugés aptes au travail alors qu’ils ne le sont pas." - Ken Loach)
Daniel va alors se lancer, avec force et humour, dans une bataille pour tenter de sortir de cette situation...
Par ailleurs il rencontre et va aider Katie, une jeune mère célibataire démunie, prise également dans un imbroglio administratif.
---
Admirable : révoltant, poignant, et où l'humour trouve néanmoins sa place...
Un scénario très fort (Paul Laverty), une réalisation "limpide", une interprétation tout à fait exceptionnelle.
---
-
Dave Johns (Daniel) et Hayley Squires (Katie)...
ll
lll
---
-
Bande annonce...
 

 
*
***
*
Ken Loach
né en 1936
Réalisateur (cinéma et télévision)
-

-
Parmi ses longs métrages :
Land and Freedom (1995)
My name is Joe (1998)
Le Vent se lève (2006 - Palme d'or à Cannes)
La Part des Anges (2012 - voir ICI)
Jimmy's Hall (2014 - voir ICI)
-

***
*

dimanche 13 novembre 2016

LA DESCENTE DE PEGASE (2006) - James Lee BURKE - Etats-Unis - (Rivages/Noir n°912)


Toujours un plaisir pour moi de "plonger" dans un
 James Lee Burke ("le Faulkner du roman noir")
et de retrouver :
la qualité de son style imagé (ici remarquablement traduit par Patricia Christian),
 son évocation lyrique de la nature de la Louisiane,
et le héros de nombre de ses romans le policier Dave Robicheaux , un être complexe et très attachant,
Alcoolique repenti "...un homme qui, de sa propre volonté, s'était condamné à errer dans le neuvième cercle de l'Enfer de Dante en tenant fermement une chope de bière pression au fond de laquelle se noyait un verre dont le whiskey s'échappait en volutes",
Tourmenté,
Profondément humaniste,
Parfois très violent...
---
Autres extraits :
"Le pire dans une enquête pour homicide est généralement d’avoir à informer les membres de la famille et de les interroger ensuite. Ils veulent savoir si l’être qu’ils aimaient a souffert, s’il est mort avec courage ou lâcheté, si le corps a été avili. Souvent, ils vous supplient du regard, mais ce n’est pas parce qu’ils veulent la vérité. Ils veulent que vous mentiez."
-
 "Faut jamais oublier qui tu es pour ne pas devenir comme ceux qui t'entourent. Chaque nuit, tu te dis et tu te répètes que t'as un endroit spécial à l'intérieur de toi où tu vis. C'est comme une cathédrale privée que personne ne peut toucher. C'est ça le secret de la santé mentale."                         
*
***
*
James Lee Burke
né en 1935 à Houston (Texas)

-
Issu d'une famille pauvre (son père était ouvrier dans une raffinerie).
Après des études littéraires, il a exercé différents  petits métiers avant de pouvoir se lancer dans la carrière de romancier.

---
 
Sur ce blog :
L'emblème du croisé
Bitterroot
Dernier tramway pour les Champs-Elysées
Jolie Blon's Bounce
-
Bertrand Tavernier a adapté à l'écran, en 2009, l'un de ses meilleurs livres "Dans la brume électrique avec les morts confédérés"... 
 


***
*