lundi 29 février 2016

NAHID - Ida PANAHADEH (Réalisation, Scénario avec Arsalan Amiri) - IRAN - au Gaumont Opéra Premier (28.02.2016)

Couronné du Prix de l'avenir à la section "Un certain regard" du dernier Festival de Cannes...

Magnifique portrait d'une femme iranienne qui aspire à la liberté de vivre sa vie dans une société figée, dominée par les hommes.
-
4,5 / 5
-
-
Nahid, jeune divorcée, élève seule Amir Reza, son fils de 10 ans : son ex-mari, Ahmad, a accepté de lui en laisser la garde  à condition qu'elle ne se remarie pas (selon la tradition iranienne la garde d'un enfant, au cas de séparation revient systématiquement au père)...
La rencontre d'un homme, Masoud, dont elle devient amoureuse et qui souhaite l'épouser va complètement bouleverser la vie de Nahid qui va finir par accepter un "sigue", sorte de mariage temporaire !
Ida Panahadeh précise :
"En Iran, si une femme divorcée ayant la garde de son enfant se remarie, elle perd son droit de garde au profit du père de l’enfant. Donc, si elle souhaite avoir une relation légale sans courir ce risque, elle peut avoir recours au mariage temporaire, le "sighe". Bien que le "sighe" soit inscrit dans la loi de l’islam chiite, les Iraniens portent presque unanimement un regard très négatif sur les femmes qui y recourent. C’est une pratique taboue, considérée comme un instrument d’exploitation des femmes. Cette loi permet en effet à un homme de contracter sans limites des mariages temporaires d’une durée d’une heure à plusieurs années. C’est pour cette raison que Nahid et Massoud, soucieux du regard des autres, se cachent de ce mariage temporaire qu’ils font passer pour définitif"
---
Un film que j'ai trouvé totalement réussi tant au niveau du scénario (qui évite toute caricature) que de la réalisation et de l'interprétation.
 ---
Sareh Bayat (vue dans "Une Séparation"  de Asghar Farhadi), rayonnante dans la rôle de Nahid...

 ---
Avec Pejman Bazeghi (Masoud)...
 
-
Milad Hossein Pour (Amir Reza) et Navid Mohammad Zadeh (Ahmad)...

***

***
*
Bande annonce 

 
*
***
*
Ida Panahandeh
née à Téhéran en 1980
Réalisatrice, Scénariste
-
-
Nahid est son premier long métrage
***
*

samedi 27 février 2016

CUBA - SANTIAGO (février 2015) - EL COBRE - BASILIQUE DE LA CARIDAD

A quelques kilomètres de Santiago la Basilique d'El Cobre abrite la Vierge de la Caridad, la patronne de Cuba...
Le grand pèlerinage qui a lieu le 8 septembre, jour de la Vierge, rassemble des milliers de pèlerin..
On dit qu'Hemingway déposa comme offrande la médaille en or de son prix Nobel ?
---
ll
ll
*
***
*
Après les dévotions...
Il est agréable de se promener dans le village et admirer de beaux murs peints où l'on retrouve l'image de la Vierge, notamment sur la façade du cinéma "Turquino"...
---
 ll 

ll
ll

ll
ll
ll

---
-
 ll
 

***
*
(photos JCMEMO)

jeudi 25 février 2016

AVE CESAR ! - Ethan & Joel COEN (Réalisation et Scénario) - Etats-Unis - AquaBoulevard (23.02.2011)

Bien sur que ce n'est pas leur meilleur film...
Mais pourquoi bouder son plaisir lorsque les frères Coen jettent un regard satirique et jubilatoire sur le cinéma hollywoodien des années 50...
Un cinéma que, comme pas mal d'anciens, j'ai beaucoup aimé et qui m'a fait tellement rêver !
-
4 / 5
-
-
Le film est inspiré d'un personnage réel : Eddie Mannix, chef de production à la MGM, chargé de régler tous les problèmes de tournage avec les vedettes et notamment de cacher leurs frasques...
-
Une journée mémorable pour Eddie Mannix interprété par Josh Brolin...
-
Avec entre autres :
Scarlett Johansson, reine des ballets nautiques (cf : Le Bal des Sirènes)...
-
George Clooney, la star des péplums (cf : La Tunique)...
-
Tilda Swinton dans le double rôle de soeurs jumelles journalistes rivales...
-
Channing Tatum parfaitement à l'aise dans une séquence dansée digne de Gene Kelly (cf : Escale à Hollywood)...
-
Alden Ehrenreich (la découverte du film - déjà vu dans Tetro de Coppola)...
Excellent dans le rôle d'un acteur (cow-boy attitré du studio) aux prises avec l'interprétation d'un film dramatique (scène mémorable avec Ralph Fiennes - voir extrait dans bande annonce)...
---
-
---
Bande annonce...
 

*
***
*
Joel Coen né en 1953j
Ethan Coen né en 1957
Réalisateurs, Scénaristes, Producteurs...
-
-
Une vingtaine de longs métrages dont :
Barton Fink (1991)
Fargo (1996)
The Big Lebowski (1998)
The Barber (2001)
No Country for Old Man (2007)
True Grit (2010 - voir sur le blog ICI )
Inside Llewyn Davis (2013 - voir sur le blog ICI)
-
 
***
*

mercredi 24 février 2016

2084 LA FIN DU MONDE - Boualem SANSAL - Algérie - Gallimard

Très difficile  d'avouer que j'ai du abandonner la lecture (exactement à la page 120 !) de ce roman pourtant remarquablement écrit et au sujet très fort : impression pénible que le livre m'échappait, de rester complètement à l'extérieur de l'oeuvre, de "tourner en rond"...
Difficile néanmoins de passer sous silence un tel roman couronné par l'Académie française et partout encensé...
-
-
Présentation du livre (4° de couverture) :

L’Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, «délégué» de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l’amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions.
Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l’existence d’un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion…
Boualem Sansal s’est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d’un récit débridé, plein d’innocence goguenarde, d’inventions cocasses ou inquiétantes, il s’inscrit dans la filiation d’Orwell pour brocarder les dérives et l’hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.
---
S'inspirant du fameux "1984" de George Orwell paru en 1950 que j'ai lu jadis sans trop l'avoir apprécier (allergie à l'anticipation ?), Boualem Sansal imagine donc un pays sous l'emprise absolue d'un régime religieux totalitaire, un pays où le passé a été complètement éradiqué...
---
Au fond, tout est presque dit dans la phrase très forte que l'auteur a placée en exergue de son roman :
« La religion fait peut-être aimer Dieu mais rien n’est plus fort qu’elle pour faire détester l’homme et haïr l’humanité ».
---
Peut-être reprendrais-je un jour la lecture de livre ???
*
**
***
Boualem Sansal
né en 1949 
Ecrivain algérien (romans, nouvelles, essais)d'expression française
-
-
Ses romans :
 
- Le Serment des Barbares (1999 - Prix du premier roman et Prix Tropiques)

- L'Enfant fou de l'arbre creux (2000 - Prix Michel-Dard)
- Dis-moi le Paradis (2003) 
- Harraga (2005)
- Le Village de l'Allemand ou Le Journal des frères Schiller (2008 - grand Prix RTL-Lire, grand Prix de la francophonie, Prix Nessim-Habif de l'Académie royale de Belgique, Prix Louis Guillou)
- Rue Darwin (2011 - Prix du Roman-News)

***
*

lundi 22 février 2016

CE SENTIMENT DE L'ETE - Mikhaël HERS (Réalisation et Scénario avec Mariette Désert) - France/Allemagne - au Gaumont Montparnasse (21.02.2016)

Encore un film qui croule sous les éloges de l'ensemble de la critique et que je n'ai pas trop aimé !
-
2,5 / 5
-
-
SYNOPSIS : Au milieu de l'été, Sadha, 30 ans, décède soudainement.
Alors qu'ils se connaissent peu, son compagnon Lawrence et sa sœur Zoé se rapprochent. Ils partagent comme ils peuvent la peine et le poids de l'absence, entre Berlin, Paris et New York.
Trois étés, trois villes, le temps de leur retour à la lumière, portés par le souvenir de celle qu'ils ont aimée.
-
Mikhaël Hers explique :
 "Chercher à dessiner ce réel mouvant et énigmatique qui échappe sans cesse, où l’incongru, le drolatique ou bien le pire peuvent surgir à tout instant. Ces fragments de réalité, ces bribes de vies qui nous parviennent sans que l’on puisse en saisir le sens et dont il ne restera que quelques souvenirs, quelques traces. Pas le deuil donc, mais la vie, tout le temps faite de choses ambivalentes et complexes et lumineuses aussi, même parfois dans les instants les plus sombres"
---
Le film se déroule donc sur trois années, à Berlin, Paris, New York (en passant par Annecy), dans des milieux quelque peu "branchés".
Si j'ai bien aimé quelques scènes sensibles et pudiques, la plupart du temps j'ai malheureusement sombré dans l'ennui : le film m'a alors complètement échappé, de même que ses personnages (tout au moins les deux principaux) qui sont devenus comme inexistants, paraissant errer, "flotter", dans un univers qui ne les concerne pas (mais peut-être un choix du réalisateur ?).
Toutefois j'ai trouvé la séquence newyorkaise dans laquelle les protagonistes recommencent vraiment à vivre assez réussie...
 ---
Anders Danielsen Lie (excellent acteur vu dans "Oslo, 31 août"Lawrence...

---
Judith Chemla (Zoé)...
---
-
---
-
Bande annonce...

***
*
***
Mikhaël Hers
né à Paris en 1975
Réalisateur, Scénariste
-
Ce Sentiment de l'été est son second long métrage après Memory Lane (2010)
-

 ***
*

samedi 20 février 2016

LES PREMIERS, LES DERNIERS - Bouli LANNERS (Réalisation, Scénario, Interprète) - Belgique/France - Cinéma des Cinéastes (16.02.2016)

Les codes du western : Un vrai faux western...
Un vrai beau film...
-
4,5 / 5
-
-
Dans la plaine de la Beauce, au nord d'Orléans, subsiste un rail en béton, reste de la voie du projet (abandonné) de l'aérotrain :
C'est dans ce décor insolite, hostile que Bouli Lanners a tourné son film...
-
Cochise et Gilou, deux "chasseurs de primes", cherchent à retrouver un téléphone portable volé...
-
Cochise (Albert Dupontel)...
lll
-
Gilou (Bouli Lanners)...
---
-
-
Dans leur recherche, Cochise et Gilou vont rencontrer toute une série de personnages en marge,  entre autres :
-
Une bande d'abrutis violents qui ne supportent pas que des étrangers s'arrêtent sur leur territoire.
-
Clara (Suzanne Clément) : une femme qui vit seule avec sa fille dans une baraque isolée...
-
Jean (Michael Lonsdale) : un vieil homme passionné de botanique ("Vivre ce n'est pas juste respirer") qui cultive des orchidées...
-
Un vieux croque-mort (Max Von Sydow) qui prêche...
-
Esther et Willy (Aurore Broutin, David Mirgia) : un jeune couple d'amoureux paumés et touchants...
-
Et même Jésus : "le vrai Jésus", et l'on y croit (formidable Philippe Rebbot)...
---
-
Une fable humaniste entre désespoir et espérance, magnifiquement filmée et interprétée...
On y trouve: violence, tendresse, émotion, poésie, sensibilité à fleur de peau, humour décalé...
BRAVO !
---
-
Bande annonce...

*
***
*
Bouli Lanners
né en 1965
Réalisateur, Scénariste, Acteur.
-
Etudes à l'Académie des Beaux Arts de Liège.
Il abandonne la peinture pour se consacrer au cinéma :
"L'image de mes films retrouve l'esthétique de mes toiles....avec en plus la possibilité de raconter une histoire.."
---
Les Premiers, les Derniers est son quatrième long métrage après :
Les Géants (2011) voir ---) ICI
Eldorado (2008)
Ultranova (2004)...
 
***
*

mardi 16 février 2016

EXPOSITION AI WEIWEI - ER XI, AIR DE JEUX - au Bon Marché ----) 20 Février 2016

Il est encore temps de visiter l'exposition de
Ai Weiwei
 artiste contestataire chinois né à Pékin en 1957...
-
-
« Exposer au Bon Marché Rive Gauche c'est user d'un nouveau média, le grand magasin, pour aller à la rencontre d'un autre public, aussi large que celui d'un musée ».
Ai Weiwei
---
Une part de rêve et de fantastique dans cette belle expo visible dans les vitrines de la rue de Sèvres et à l'intérieur du magasin...
 

ll
ll
Des créatures fantastiques (divinités et démons) inspirées du Shanhai Jing, ouvrage mythologique de l'Antiquité chinoise.
-
***
*
Ces compositions sont faites de tiges de bambou taillées, courbées et assemblées pour former des structures recouvertes ensuite de papier de soie.
*
***
lll
 
lll
 
lll
 
lll
 
lll
 
*
***
Sur Ai Weiwei voir Wikipédia -----)  ICI
***
*
 (photos : Site expo)