jeudi 30 juillet 2015

CUBA - VIÑALES (février 2015) - DEUX FRERES - BANANES, ANANAS et Cie.....

C'est toujours avec plaisir et aussi une certaine émotion que nous retrouvons les frères jumeaux qui exploitent en commun une finca où ils produisent légumes, fruits, notamment de délicieux petits ananas...
-
Dans cette cabane installée en bordure d'une petite route...
...ils ont la possibilité de vendre directement une partie de leur production...
lll
---
-
lll

lll


lll

 lll

lll

 lll
La maison de l'un d'eux...
l
lll

A bientôt peut-être...
Si Dios quiere ! 
 
 
 
 
***
*
(Photos JCMEMO) 

lundi 27 juillet 2015

LES NUITS BLANCHES DU FACTEUR - Andrei KONTCHALOVSKI (Réalisation - Scénario avec Elena Kiseleva) - Russe - Vu au Lincoln (23.07.2015)

4,5 / 5
-
Lion d'argent du meilleur réalisateur (Venise 2014)

-
Superbe chronique de la vie quotidienne des habitants d'un coin perdu de la région d'Arkhangelsk, au nord de la Russie, près du lac Kenozero...
Il ne s'agit pas d'un documentaire mais bien d'une œuvre de fiction où toutefois les personnages (à de rares exceptions près) sont des gens du cru qui jouent leur propre rôle...
Tryapitsyn, le facteur est un personnage essentiel pour les habitants qui vivent loin de tout : par bateau il leur apporte courrier, médicaments, nourriture, pensions de retraite...
Un jour pourtant, il va aspirer à une vie nouvelle : il va tenter d'aller vers la ville...
Mais, très vite, il reviendra au bord de son lac...
-
D'une grande beauté visuelle, le film est une remarquable évocation d'une certaine Russie en complet décalage avec le monde moderne...
-
"La Russie n'est ni pauvre, ni arriérée. C'est un pays médiéval. Encore aujourd'hui. Et c'est tant mieux. Ses traditions, ses conceptions du monde, une voie de développement particulière, c'est cela sa richesse. Nous sommes un peu sauvages, un peu tumultueux, un peu dingues même. Et alors ?"  (Andrei Kontchalovski)
--
-
Aleksey Tryapitsyn (le facteur)

-

-

---

Inoubliable et magique séquence de la recherche de Kikimora, la sorcière des eaux, avec le jeune Timur...

---

Le retour au bord du lac...
___
-

-
___
Andrei Kontchalovski
né à Moscou en 1937
(voir ICI )
 
-
Il a réalisé une vingtaine de longs métrages dont :
Oncle Vania (1970)
Runaway Train (A bout de course - 1985)
La Maison de Fous (2002)
 
***
*
 

vendredi 24 juillet 2015

VENISE JUIN 2014 - DERNIERES IMAGES...EN VRAC...

Des couleurs, des reflets....
 lll

lll

lll

lll

lll
l
Le calme de Venise...

lll

lll

lll

lll
 
lll
lll
l
Chioggia..

 
***
*
(photos JCMEMO)

mercredi 22 juillet 2015

LA ISLA MINIMA - Alberto RODRIGUEZ (Réalisation - Scénario avec Rafael Cobos) - Espagne - Vu au Gaumont Parnasse (18.07.2015)

3,5 / 5
- 
-
Pas vraiment enthousiasmé par l'intrigue policière elle-même, brouillonne et assez peu crédible (une enquête sur la disparition de plusieurs adolescentes)...
Par contre j'ai beaucoup aimé :
L'intéressante description des policiers chargés de traquer le tueur en série, deux personnalités que tout oppose,
Le contexte social et historique (l'ombre du franquisme qui rode encore),
L'étonnante photogénie des rizières et des marécages des rives du Guadalquivir où se déroule l'action...

---
Bonne interprétation de Javier Gutierrez et Raul Arévalo : sobres et crédibles...


l

l
---
-
La bande annonce... 

*
***
*
Alberto Rodriguez

né à Séville en 1971
Réalisateur et Scénariste
-
***
*

mardi 21 juillet 2015

NESSUN DORMA - Franco CORELLI

Le fameux "Nessun Dorma"
est extrait de l'opéra Turandot (Giacomo Puccini (1858-1924)
Créé en 1926 à Scala de Milan sous la direction d'Arturo Toscanini.
-
Franco Corelli (1921-2003)

-
Avant d'écouter cette inoubliable interprétation,
Reportez-vous ICI à l'article de l'ami Segolin...
-

---
"Nessun dorma! Nessun dorma!
Tu pure, o, Principessa,
nella tua fredda stanza,
guardi le stelle
che fremono d'amore
e di speranza.

Ma il mio mistero e chiuso in me,
il nome mio nessun sapra!
No, no, sulla tua bocca lo diro
quando la luce splendera!

Ed il mio bacio sciogliera il silenzio
che ti fa mia!

Ma il mio mistero e chiuso in me,
il nome mio nessun sapra!
No, no,

Dilegua, o notte!
Tramontate, stelle!
Tramontate, stelle!
All'alba vincero!
vincero, vincero!"

*
***
*

jeudi 16 juillet 2015

LOIN DE LA FOULE DECHAÎNEE (1874) - Thomas HARDY - Angleterre - ArchiPoche (mai 2015)

Le beau film de Vinterberg (voir ICI )
ne pouvait qu'inciter à lire le roman de Thomas Hardy...

---
Thomas Hardy a tiré le titre (et l'esprit) de son roman d'un texte "L'élégie écrite dans un cimetière de campagne" du poète anglais Thomas Gray (1776-1771) :
"Loin des viles intrigues de la foule déchaînée, leurs modestes vœux n'apprirent point à s'égarer ; et dans le vallon tranquille et retiré de la vie, ils suivirent sans bruit la route qui leur était tracée."
-
Loin de la foule déchaînée donc...
C'est avec joie que l'on retrouve dans le livre, outre la délicieuse campagne anglaise, Bathsheba et ses trois prétendants.
On admire l'héroïne, une belle jeune femme très moderne pour l'époque : volontaire, indépendante...
On s'attache particulièrement à Gabriel, le berger émouvant, sérieux, fidèle, qui aime sans attendre de retour...
Outre William le riche propriétaire et Francis le fringant sergent, de nombreux personnages les côtoient, quelquefois tragiques (Fanny) mais aussi pittoresques et droles.
-
L'atmosphère du livre, plus débridée, est assez différente de celle du film de Vinterberg qui a opté (mais avec talent) pour une certaine austérité.
---
Deux extraits :
 
"Puis il se remit à contempler le ciel, non plus en calculateur, mais cette fois en homme qui sent le charme et la poésie de la vie de berger et sait apprécier le spectacle merveilleux et grandiose qui s'offre à lui.
Le sentiment de la solitude qui l'enveloppait, l'absence de tout ce qui révèle ordinairement la présence de l'homme, cette impression s'empara de tout son être. Formes humaines, troubles, joies, tristesses, tout avait disparu ou, du moins, s'était perdu dans le lointain, loin, bien loin, comme le soleil, sur un autre hémisphère !"
-
"Leur mutuel attachement n'était autre que cette affection profonde qui naît, hélas ! trop rarement, lorsque le hasard a mis en présence, sous le jour le moins favorable, deux êtres qui, seulement plus tard, révèlent leurs grandes qualités. Cette bonne camaraderie qui résulte de la poursuite d'un but commun, est malheureusement peu fréquente à côté de l'amour : homme et femme veulent bien s'associer dans le plaisir, mais non pas dans la peine. Cependant, quand des circonstances fortuites permettent son développement, ce double sentiment est le seul amour qui soit aussi fort que la mort, l'amour que rien ne peut ébranler ni amoindrir, à côté duquel toute autre passion de ce nom n'est que vaine fumée."
***
*
Thomas Hardy
(1840-1928)
voir ICI
-
-
Son œuvre a été souvent adaptée au cinéma, notamment :
Tess d'Uberville par Roman Polanski (1979)
et
Jude l'Obscur par Michael Winterbottom (1996)
-
 
*
***
*

lundi 13 juillet 2015

CARMEN (1875) - Georges Bizet (1838-1875) - Chorégies d'ORANGE (11.07.2015) - Sur FR3 (en léger différé)

Déception !
-
Qu'est-il donc allé faire dans cette galère ?
-
une direction d'orchestre sans passion,
une Carmen apprêtée qui minaude un peu trop,
une mise en scène inexistante, voire ridicule,
Etc..Etc...
Oui mais, fort heureusement, il y avait
 Jonas Kauffmann,
 éblouissant Don José...
 
-
...et tout de même quelques autres (dont Kyle Ketelsen, excellent Escamillo)
-
Difficile d'oublier l'interprétation parfaite de Kauffmann (justement acclamé) du fameux air "La fleur que tu m'avais jetée".
-
Ecoutons le ci-après à Covent Garden en 2007 (sa partenaire était la magnifique Anna Caterina Antonacci)...


***
*

dimanche 12 juillet 2015

UNE SECONDE MÈRE - Anna MUYLAERT (réalisation & scénario) - BRESIL - (vu au Pathé Beaugrenelle le 6/7/2015)

4 / 5
-
-
Val est employée de maison depuis une dizaine d'années chez une riche famille de Sao Polo...
Elle s'est attachée particulièrement a Fabinho, le fils de la maison qu'elle a élevé...
Un jour sa fille Jessica qui a vécu loin d'elle débarque...
Jessica va semer la pertubation mais aussi balayer toutes les conventions...
-
Anna Muylaert :
" Le film traite de deux générations de femmes aux origines humbles qui viennent chacune du nord-est du pays. Le personnage principal, Val, est une domestique qui respecte les normes anciennes et les coutumes séparatistes, acceptant de fait d’être traitée comme « une citoyenne de seconde classe » selon les propres termes de sa fille. Jessica, sa fille, est curieuse, déterminée, volontaire, et elle réclame son dû, ses droits en tant que citoyenne. Et comme elle dit : « Je ne me considère pas meilleure ou pire que les autres »."

---

Un formidable comédie dramatique et sociale...
Une interprète exceptionnelle dans le rôle de Val, Regina Casé...
-
Avec Camila Mardila (Jessica)...
-
Michel Joelsas (Fabinho)...
---
-
 
---
Bande annonce...


*
***
*
Anna Muylaert
née en 1964 à Säo Polo
Scénariste et Réalisatrice
-
-
Son second long métrage (en qualité de réalisatrice) après
E Proibido Fumar (2009)

***
*

mardi 7 juillet 2015

BILLET A CHARLES - LA TÊTE FROIDE....

Le petit garçon est devenu grand !
-
 
-
Après l'admission au double cursus SciencesPo/La Sorbonne (avec 16 en Histoire et 19,5 en Maths),
Mention très bien au Bac...
Bravo
Mais surtout garde bien la tête froide !
***
*