mardi 29 octobre 2013

FRANCO CORELLI (1921-2003) - HOMMAGE

FRANCO CORELLI
est mort à Milan, il y a 10 ans, le 29 octobre 2003
-
-
Sylvain Fort rend à cet immense ténor (parfois décrié) un passionnant hommage dans un remarquable article :
"Franco Corelli, le prince triste"
à savourer dans...
FORUM OPERA

--
-
"Je rêve de musique. Je vois des notes dans mes rêves. Je ne me repose jamais parce que j'essaie toujours de m'améliorer. Si j'ai trois mois de liberté complète je les utilise pour former mon instrument technique. Sans cela je ne suis rien." (Franco Corelli)
--
-
Quelques photos...
-
-
avec Leontyne Price...
-
avec Mirella Freni...
-
avec Maria Callas...
---
-
Franco Corelli interprète le célébrissime "Nessun dorma" (Turandot de Puccini)... 



***
*

lundi 28 octobre 2013

CUBA - BARACOA (janv. 2013) - RAFAELE ET SA FAMILLE

Nos nombreuses rencontres avec Rafaele sont toujours des moments de bonheur !
Avec son éternel et radieux sourire, Rafaele respire la joie de vivre, et pourtant sa vie n'est pas facile...


Il travaille dans la finca (une petite ferme) de son beau-père ; quelquefois il est employé par l'Etat pour l'entretien des routes...
Rafaele (ce qui me convient bien...) adore poser pour les photos...
-
Rafaele et son petit cheval Tiburòn (requin), tout aussi pacifique que son maître...
I
-
Rafaele en pleine leçon de botanique : cabosse en main il nous explique tout sur le cacaoyer...
-
Rafaele et sa famille : sa femme, son fils (le plus petit), son beau-fils, et une petite Genevieve (née le jour de notre départ de Baracoa)...
--
-

I
III
I

Hasta el año que viene !
***
*
(photos JCMEMO)

lundi 21 octobre 2013

SALVO - Fabio GRASSADONIA & Antonio PIAZZA (réalisation et scénario) - Italie - Ciné Espace St Michel

5 / 5
-
Même s'il n'attire guère les foules dans les salles obscures,
 le cinéma italien (celui que nous avons tant aimé) confirme sa renaissance...
avec cette semaine : 
"SALVO",
Grand Prix de la semaine de la critique au dernier Festival de Cannes,
Premier long métrage du duo Grassadonia/Piazza.
-
Dans les faubourgs de Palerme, la rencontre fugitive, dans un contexte de violence, de deux êtres terriblement seuls et désemparés :
Salvo, le tueur au service d'une famille mafieuse
et
Rita, la jeune aveugle.
---
--
-
Thriller, Drame, Tragédie : un film absolument admirable...
Tout est à louer : le scénario, la maîtrise de la réalisation, la superbe photographie, l'interprétation exceptionnelle...
de
Saleh Bakri, acteur palestinien, sublime dans le rôle de Salvo...
-
Remarquable également la jeune et prometteuse débutante Sara Serraicco qui est Rita...
I
---
-
-
-
-
---
-

 ---
-
Antonio Piazza et Fabio Grassadonia
Réalisateurs et Scénaristes...

"...Travailler ensemble est une décision que nous avons prise il y a quelques années, à l’époque où nous écrivions des scénarios. Nous sommes tous les deux originaires de Palerme, en Sicile et nous avons la même vision du monde qui nous entoure. Passer ensemble à la réalisation n’était que la suite logique des choses, l’aboutissement d’un long voyage commun. C’est difficile de dire en quoi et comment nous nous complétons. Ce qui est sûr, c’est que les meilleures choses que nous ayons faites ont toujours été le résultat d’interminables conversations et de nos disputes. Car les conflits sont un élément essentiel de notre processus créatif.."
***
*

samedi 12 octobre 2013

INFO - BLOG AU RALENTI

BLOG AU RALENTI :
-
CHANGEMENT DE MATERIEL EN COURS...
Pouah !

vendredi 11 octobre 2013

LA GUERRE ET LA PAIX ou GUERRE ET PAIX (1869) - Léon TOLSTOÏ (1828-1910) - Russie - (livre numérique)

Il m'a fallu pas moins de quatre semaines pour venir à bout de cet énorme "pavé"...
-
Je ne vais évidemment pas me lancer dans une (périlleuse) analyse...
mais simplement dire que j'ai été complètement subjugué par la lecture de ce monument de la littérature russe (même si les considérations philosophiques m'ont paru parfois un peu longues)
---
-
Quelques extraits :
  -
"...Il n'y avait rien entre l'ennemi et eux, rien que cette distance pleine de terreur et d'inconnu, cette distance entre les vivants et les morts que chacun sentait instinctivement, en se demandant avec émotion s'il la franchirait sain et sauf !..."
-
"Elle s'étonnait de l'aveuglement de ceux qui cherchent sur la terre la satisfaction de leurs désirs, de ceux qui souffrent, qui travaillent, qui luttent, qui se font mutuellement du mal à la poursuite de ce mirage insaisissable, imaginaire et plein de tentations coupables qu'on appelle le bonheur !"
(Princesse Marie)
-
"Pierre se souvenait parfois d'avoir entendu raconter que les soldats exposés au feu de l'ennemi dans les retranchements s'ingéniaient à se créer une occupation quelconque afin d'oublier le danger. Il se disait que chacun faisait de même, que chacun, ayant peur de la vie, tâchait, comme ces soldats, de l'oublier, les uns avec l'ambition, la politique, le service de l'Etat, les autres avec les femmes, le jeu, le vin, les chevaux et la chasse : '''Donc, concluait-il, rien n'est puéril, et rien n'est important !...tout revient au même, tachons seulement de nous soustraire à l'implacable réalité, et de ne jamais nous rencontrer face à face avec elle !'''
-
"...Tant que l'homme redoute la mort, l'homme est un esclave...Celui qui ne la craint pas domine tout...Si la souffrance n'existait pas, l'homme ne connaîtrait pas de limites à sa volonté et ne se connaîtrait pas lui-même..."
(Pierre)
-
"À Pétersbourg, ainsi que dans les gouvernements du centre, tous, miliciens et dames, pleuraient sur le sort de la Russie et de la capitale, et ne parlaient que de sacrifices et de dévouement ; l'armée qui se repliait au delà de Moscou, ne songeait ni à ce qu'elle abandonnait , ni à l'incendie qu'elle laissait derrière elle, et encore moins à se venger des Français ; elle pensait au trimestre de la solde, à l'étape prochaine, à Matrechka la vivandière, et ainsi de suite..."
-
"...c'est qu'il n'y a rien d'irrémédiable dans ce monde, et que, de même que l'homme n'est jamais complètement heureux et indépendant, de même il n'est jamais complètement malheureux et esclave. Il comprit que la souffrance a ses limites comme la liberté, et que ces limites se touchent : que l'homme couché sur un lit de feuilles de roses, dont une seule est repliée, souffre autant que celui qui, s'endormant sur la terre humide, sent le froid le gagner ; que lui-même avait tout autant souffert autrefois avec des souliers de bal trop étroits, qu'aujourd'hui avec les pieds nus et endoloris. Il comprit enfin que, lorsqu'il avait cru épouser sa femme de sa propre volonté, il était aussi peu libre qu'à cette heure, où on l'avait enfermé, pour toute la nuit, dans une écurie !"
(Pierre)
---
-
Léon Tolstoï...
voir également Anna Karenine
---
-
Guerre et paix a été adapté, à plusieurs reprises, au cinéma, à la télévision et même à l'opéra :
Le "Guerre et Paix" de King Vidor (1956), en dépit de ses qualités, n'est qu'un habile survol de l'œuvre.
-
Celui de Sergueï Bondartchouk (1967) d'une durée de près de 7 heures est, dit-on, excellent : à découvrir donc (il existe un DVD)....
--
Sergueï Prokofiev (1891-1953)
a composé, en 1942, un opéra (livret et musique) qui a été créé, en 1946, à Saint-Pétersbourg...
L'œuvre a été donnée à Paris, notamment en 2000, à l'Opéra Bastille sous la direction de Gary Bertini, dans une production fastueuse de Francesca Zambello...
 
***
*

jeudi 10 octobre 2013

ELLE S'EN VA - Emmanuelle BERCOT (scénario et réalisation) - France

3,5 / 5
-
Elle s'en va :
Qui un jour n'a-t-il pas eu, tout comme Bettie, envie de "tout plaquer" ?
Peut-être un peu surestimé, à mon avis, par la critique,
Ce film
en forme de
 road movie,
est avant tout
 un bel hommage à
Catherine Deneuve
Bien entourée notamment par...
Camille,
Gérard Garouste,
Claude Gensac,
Paul Hamy,
Mylène Demongeot
---
-
Catherine Deneuve...
-
avec Pierre Toulgouat...
-
avec Paul Hamy...
-
Camille...
-
avec le jeune Nemo Schiffman...
---
-
Emmanuelle Bercot
née en 1967 à Paris
-
Réalisatrice, scénariste et actrice
-
Parmi ses longs métrages :
La Puce (1998)
Backstage (2004)
-
Elle a obtenu le César 2012 du meilleur scénario pour le film "Polisse" réalisé par Maïwenn.
 
***
*

lundi 7 octobre 2013

EUGÈNE ONEGUINE (1879) - Piotr TCHAÏKOVSKY - En direct du MET de New York (05.10.2013) - cinéma Pathé Boulogne

Un brillant début du cycle de retransmission des spectacles du Metropolitan Opera de New York !
 Eugène Onéguine est sans doute une des œuvres les plus romantiques du théâtre lyrique.
Amours et Amitiés brisées (d'après le roman de Alexandre Pouchkine) sur une musique extrêmement sensible avec de grands et magnifiques élans dramatiques...
-
La musique de Tchaïkovsky, sous la direction du chef russe Valery Gergiev, se pare de toute ses couleurs...
La réussite de la soirée tient, sans doute avant tout, aux prestations éblouissantes des trois interprètes principaux totalement "impliqués" dans leurs rôles...
-
Somptueuse Tatiana, la soprano russe Anna Netrebko (une habituée du Met)...
-
Le baryton polonais Mariusz Kwiecien absolument remarquable, vocalement et scéniquement, dans le rôle titre...
-
Egalement excellent le ténor polonais Piotr Becsala dans son interprétation de Lenski : voix éclatante, nuances, aisance scénique...
---
Si la mise en scène (très traditionnelle) de Deborah Warner et Fiona Shaw est quelque peu "empesée" (2 arrêts techniques de plusieurs minutes sont nécessaires pendant le 1° acte), les décors et les costumes sont réussis, les lumières sont belles.
---
-
PETIT ALBUM :
Acte I
Piotr Beczala avec Oksana Volkova (Olga)...
I
Anna Netrebko...
I
Marius Kwiecienu...
---
Acte II
Piotr Beczala...
I
Piotr Beczala et Oksana Volkova...

I
I
Piotr Beczala...
I
Piotr Beczala et Mariusz Kwiecien...
---
Acte III
Anna Netrebko...
I
I
Mariusz Kwiencien et Anna Netrebko...
I
---
-
Extraits
-
Anna Netrebko (Tatiana)...

-
Mariusz Kwiecien (Eugène Onéguine)...

-
Piotr Beczala (Lenski)

---
-
Piotr Ilych Tchaïkovski
(1840-1893)


***
*