jeudi 28 février 2013

SYNGUE SABOUR, PIERRE DE PATIENCE - Atiq RAHIMI (réalisation et scénario avec J.C. Carrière) - France

4 / 5
-
Trés belle adaptation cinématographique par Atik Rahimi de son livre "Syngué sabour" (Prix Goncourt 2008)
-
Alors que les combats font rage dans Kaboul, une jeune femme veille, depuis plusieurs jours, sur son mari blessé, dans le coma...
Dans un long monologue, elle va enfin pouvoir "régler ses comptes" avec cet homme avec qui elle n'a jamais pu parler, qui ne l'a jamais embrassée...
Elle va lui faire connaître toutes les frustations et souffrances subies dans sa vie de femme...
et même lui révéler ses secrets et désirs les plus intimes...
-
Avec la magistrale interprétation de la trés belle Golshifteh Farahani, le film s'élève souvent au niveau de la tragédie grecque...
-
- 
-
 -
-
Le jeune soldat (Massi Mrowat)...
---
 
 **
*
Atiq Rahimi
né à Kaboul en 1962
Double nationalité : française et afghane.
Romancier et Réalisateur
-
Terre et Cendres (2000)
Les Mille Maisons du Rêve et de la Terreur (2002)
Le Retour Imaginaire (2005)
Syngué sabour - Pierre de Patience (2008)
Maudit soit Dostoïevski (2011)
-
Il a porté à l'écran "Terre et Cendres" en 2004.
*
**

mardi 26 février 2013

LE PRINCE DES MAREES (1986) - Pat CONROY - Etats-Unis

Un pavé de plus de 1000 pages dévoré en un rien de temps !
-
Un grand roman qui s'inscrit dans la lignée des grands auteurs de la littérature sudiste américaine, avec peut-être en plus un humour féroce...
 Pas facile de résumer un tel ouvrage qui est un peu l'histoire de la décomposition d'une famille.
Tom, devenu adulte, est amené à évoquer sa vie, celles de sa soeur et de son frére, notamment leur enfance entre un père souvent violent ("Notre enfance passa à attendre ses attaques") et une mère aimée, mais ambitieuse.
-
Trois frères et soeur qui sont liés par un amour profond, émouvant :
Tom, le narrateur, qui doit faire face à ses reniements,
Savannah, la poétesse dépressive, suicidaire,
Luke, le passionné, un peu champion des causes perdues.
--
-
Tous les trois partagent avec leur mère un terrible secret peut-être à l'origine de leurs difficultés à affronter la vie...
---
EXTRAITS :
"Je ne suis pas un homme de principes, je ne suis pas un homme de foi, je ne suis pas un homme d'action. Et j'ai l'âme d'un collaborateur. L'âme qui a permis au gouvernement français de Vichy d'exister. Je suis devenu trés exactement le genre d'homme que je hais plus que tout au monde. J'ai une pelouse bien tenue et je n'ai jamais eu d'amende pour excès de vitesse."
-
"Chaque fois que je tuais un cerf, c'était le visage de mon père que je voyais sous les bois  ; c'était le coeur de mon père que j'arrachais et brandissais sous les arbres ; c'était le corps de mon père que je pendais à une branche pour le vider de ses viscères. Je me transformai en une boule de haine, un crime contre la nature."
-
 "Tandis qu'elle me tenait dans ses bras, j'eus envie de pleurer et de crier toute la tendresse et l'ardeur animant un petit garçon résolu à aimer sa mère. J'aurais voulu lui dire que je comprenais tout, et que je ne leur en voulais ni à elle ni à mon père pour la vie que nous avions eue sur cette île. Mais je restais silencieux, la tête appuyée contre son épaule, humant le doux parfum de ses cheveux."
-
"Pour quelle raison y a-t-il des moments de l'histoire où il est admis de détester les Juifs, ou les Américains, ou les Noirs, ou les gitans , Il se trouve toujours un groupe pour mériter le mépris, à chaque génération. On devient même suspect si on ne les méprise pas. On m'a appris à détester les communistes quand j'étais jeune. Je n'en ai jamais vu l'ombre d'un, mais je les détestais ces salauds. Je détestais les Noirs quand j'étais enfant, parce que dans le coin de planète où j'ai grandi, considérer qu'ils étaient inférieurs aux Blancs relevait de la croyance religieuse."
-
"Nous grimpâmes dans le bateau, Savannah et moi, et Luke nous poussa dans le courant. Savannah lui lança des baisers et nous le laissâmes, illuminé par la lueur parcheminée d'un beau clair de lune....quittant pour la dernière fois de notre vie notre terre natale. Tout en pilotant le bateau dans l'étroit chenal, je fis une petite prière au fleuve. Une prière de gratitude. Le même Dieu qui m'avait affligé de parents bizarres et meurtris m'avait également fait cadeau du frère et de la soeur les plus merveilleux qui fussent pour équilibrer la balance. Sans eux, je n'aurais pas fait le voyage. Ni n'aurais choisi de le faire."
*
*** 
Pat Conroy
 est né à Atlanta en 1945
-
Romancier à succés,
Il est l'auteur notamment de :
Le Grand Santini (1976)
Beach Music (1995)
Saison Noire (2002)
Charleston Sud (2009)
***
*

lundi 25 février 2013

ELEFANTE BLANCO - Pablo TRAPERO (réalisation et scénario) - Argentine

4 / 5
-
Elefante blanco est la carcasse de ce qui devait être un immense hôpital dans la banlieue de Buenos Aires...
Aux pieds de cette construction abandonnée s'étend le bidonville de la Vierge : misère, drogue, violence extrême...
C'est dans ce climat infernal que des êtres tentent de venir en aide à une population complètement marginalisée...
C'est le cas notamment de Julian et Nicolas, deux prêtres catholiques, et de Juliana, une assistante sociale athée...
-
Un film sobre, bouleversant, entre documentaire et fiction,
Avec trois comédiens magnifiques.
Ricardo Darin : Julian...
-
Martina Gusman : Luciana...
-
Jérémie Renier : Nicolas
I
---
-
Bande annonce
*
***
Pablo Trapero
né en 1971
Réalisateur, Scénariste et Producteur
-
7 longs métrages dont :
Mundo Grua (1999)
El Bonaerense (2002)
Leonora (2008)
Carancho (2010)
***
*

vendredi 22 février 2013

LES SAISONS DE LA NUIT (1998) - Column McCANN - Irlande

New York, au début du 20° siècle...
Nathan Walker, un jeune noir participe au creusement du tunnel du métro sous l'East River...
A la fin du siècle, un homme,  que l'on surnomme Treefog, viendra cacher son désespoir et sa déchéance dans ce même tunnel...
Qui est Treefog ?
-
Un roman déchirant, plein d'humanité, qui nous fait plonger dans la vie terrible des oubliés de notre monde.
Admirable !
-
EXTRAITS
-
"...Il sait qu'ici, sous le fleuve, on est en démocratie. Dans l'obscurité, tout le monde a le sang de la même couleur - rital, nègre, polaque ou rouquin irlandais, c'est du pareil au même - ...."
-
"Il y a eu beaucoup de morts dans le tunnel, mais c'est une loi que les hommes acceptent : Tant qu'on vit , on vit, et puis plus rien."
-
"...Tout est calme. Le tunnel est haut, large et accueillant. Il a la chair de poule en descendant les marches. Il avance dans ses profondeurs obscures, franchit un tas d'ordures. Il débouche une bouteille, boit une gorgée, et lève les yeux vers la voûte. Son regard plonge au fond du tunnel et il sent alors monter en lui cette évidence, primitive, inévitable : c'est là sa place, il le sait, il est ici chez lui."
---
-
"Ce roman parle de New York, d'amour, de mariages mixtes, de terrassiers qui creusent des tunnels, de batisseurs de gratte-ciel qui dansent sur des poutrelles à des centaines de mètres au-dessus de la ville. C'est peut-être le premier vrai roman consacré aux sans-abri, à ceux qui vivent au-dessous et à l'écart de la cité prospère. On sent que Colum McCann a fréquenté ces lieux-là : dans une langue qui procure un plaisir presque physique, il évoque avec une rare puissance ce présent qui empeste et ce passé qui oppresse."
(Frank MacCourt)
*
***
Colum McCann
né à Dublin en 1965
Il vit actuellement à New York
-
Auteur de :
La Rivière de l'Exil (1994)
Le Chant du Coyotte (1995)
Ailleurs en ce Pays (2000)
Danseur (2003)
Zoli (2006)
Et que le vaste Monde poursuive sa Course Folle (2009)
***
*

mardi 19 février 2013

RIGOLETTO (1851) - Giuseppe VERDI (1813-1901) - En direct du MET de New York (16.02.2013) - Cinéma Pathé Boulogne


Mais qu'est donc allé faire le Duc de Mantoue dans le Las Vegas des années 1960 ?
Est-il devenu une vedette du Showbiz ?
I
 
Après le choc du prologue, on finit presque par "s'habituer" à cette réalisation (avec notamment un 3° acte plutôt réussi), même s'il est bien difficile d'avaler les nombreuses incongruités du spectacle (Monterone transformé en émir arabe venu sauver l'honneur de sa fille, l'enlèvement de Gilda dans un sarcophage égyptien, etc...),
-
Bon, mais un opéra, quelles que soient les aberrations de certaines productions, c'est avant tout des voix....
Sur ce point le Met nous a offert une excellente soirée avec une distribution que j'ai trouvée exceptionnelle depuis le rôle titre jusqu'aux personnages secondaires.
-
Le baryton serbe Zeljko Lucic a chanté Rigoletto pour la première fois à Dresde, en 2008, sous la direction de Luisi Fabio. Il avait déja comme partenaire la lumineuse soprano allemande Diana Damrau.
Un plaisir de retrouver ces deux remarquables interprètes...
 I

I
 -
Trés bonne prestation scénique et vocale du ténor polonais Piotr Beczala dans le rôle de "Duc de Mantoue"...
 -
Beczala et Damrau...
-
Rigoletto et un excellent Sparafucile (la basse slovaque Stefan Kocan)...
-
-
Un Troisième acte bouleversant...
I
 
 
---
Extraits :
-
-
-
-
***
*
Voir ICI l'article du Promeneur du 68... 
 

jeudi 14 février 2013

CUBA - BARACOA (janv.2013) - UN PÊCHEUR - DU CAFE - DES ANGUILLES...

Lors d'une promenade prés de l'embouchure du Rio Duaba....


 Nous sommes intrigués par une curieuse "installation" (filets, armatures de bois..) sur un bras du fleuve...
 
I
 -
Un sympathique et pittoresque personnage nous invite à nous approcher...
-
Nous découvrons une petite cabane de bois...
Il nous dit qu'il  habite le bourg de Baracoa, mais qu'il vit ici dans cette cahute, nuit et jour, une partie de la semaine pour ses activités de pêcheur.
Il s'avise ensuite de nous préparer du café (le café cubain et excellent)... qu'il va donc nous falloir déguster !
 
-
Il nous explique qu'il travaille pour l'Etat : Il "traque" les alevins d'anguilles (les civelles) qui sont exportées vers l'Espagne...
Un plat pour les millionnaires nous précise-t-il : il nous indique un prix (que j'ai oublié) mais qui nous a paru faramineux...
-
Puis il se met à l'eau pour nous montrer ces fameux alevins...
I 

 I
-
Ce sont de tels moments qui font que l'on aime un pays !

***
*
(photos JCMEMO)

mardi 12 février 2013

DJANGO UNCHAINED - Quentin TARENTINO (scénario, réalisation, acteur) - Etats-Unis

4 / 5
-
Décapant, époustouflant, oui !
(mais quelques longueurs dans la seconde partie du film...)

 -
Django Unchained
ou
Comment un blanc et un noir forment une équipe de chasseurs de primes...
 
-
Tarantino démystifie le western et donne aussi une autre vision (celle des noirs) de l'esclavage...
Son film, ce n'est rien de le dire, fait feu de tous bords : scénario, réalisation, distribution...
-
Jamie Fox : Django...
 -
Christoph Waltz : un étonnant Docteur Schultz...
-
Leonardo DiCaprio : Candie...
-
Kerry Washington : Broohilda... 
-
Tous les autres acteurs seraient à citer.
- 
Bande annonce :
 
 
------
 
Quentin Tarantino né en 1963dans le Tennessee.
-
Parmi ses films : Reservoir Dogs 1992)
Pulp Fiction (1994)
Jackie Brown (1997)
Kill Bill 1 et 2 (2004-2005)
Inglorious Basterds 2009)
***
*

lundi 11 février 2013

WADJDA - Haifaa AL MANSOUR (Réalisation et Scénario) - Arabie Saoudite - (ciné l'Arlequin)

4  / 5
-
Arabie Saoudite, dans la banlieue de Riyad...
Wadjda rêve d'avoir un vélo pour faire la course avec son ami Abdallah.
Wadja est une petite fille tenace : elle va tout faire, jusqu'à participer à un concours de récitation coranique... pour arriver à ses fins.
-
Un conte oriental contemporain, une fable pleine d'espoir...
Le film parfaitement maîtrisé  nous aide également à découvrir la vie de là-bas, notamment la condition des femmes.
-
Prix du film "Art et Essai" au Festival de Venise 2012.
-
 -
-
 -
-
-
Bande annonce...
-
Il est bien que ce soit une femme qui ait réalisé le tout premier long métrage de fiction saoudien...
*
***
Haifa Al Mansour, la réalisatrice :
"Je suis si fière d'avoir écrit et mis en scène le premier long métrage jamais réalisé dans le Royaume. Je viens d'une petite ville en Arabie Saoudite où on trouve beaucoup de petites filles comme Wadjda. Des petites filles qui ont de grands rêves, de fortes personnalités et tant de potentiel. Des filles qui peuvent et pourront façonner et définir à nouveau notre nation.
...J'espère sincèrement que le film offre une vision intérieure unique de mon pays, et qu'il parlera à tous, à travers ces thèmes universels que sont l'espoir et la persévérance."
***
*